Prévoir le monde de demain

Avant-propos de l’ouvrage « Prévoir le monde de demain » sous la direction de Paul Dahan aux éditions CNRS-éditions, collection Biblis Inédit, paru le 11 juin 2020

Avant-propos

Il n’y a pas de science, ni de faculté d’agir, sans capacité de prévision. Les sciences exactes ont développé à cette fin des méthodes permettant, dans les cas les plus simples, de prévoir une vaste catégorie d’événements avec une quasi-certitude, du moins à un certain horizon spatio-temporel ; et dans des cas plus compliqués, mais correspondant à des situations répétitives, de réduire drastiquement le degré d’incertitude par l’intermédiaire de la théorie des probabilités et de la statistique mathématique. Mais la plupart des situations auxquelles les décideurs publics ou privés ont affaire dans la vie des sociétés humaines, dès que l’on s’élève au-dessus des niveaux de la technique et de la tactique, tant les concepts que les modèles de pensée n’ont plus la perfection de ceux de la physique ou même de la biologie, et si l’on peut encore parler de probabilité, ce ne peut être au mieux que dans un sens subjectif, auquel les développements de la logique au cours du XXe siècle ont cependant donné des lettres de noblesse.

Tout effort de prévision suppose de penser rigoureusement. Il s’agit toujours d’essayer d’identifier ex-ante les réponses possibles à des questions bien posées, donc dans un cadre phénoménologiquement clair, c’est-à-dire avec une intentionnalité identifiée, et tant les questions que les degrés de vraisemblance des réponses possibles ne peuvent émerger que de concepts, et de « modèles » de pensée idéalement explicités, destinés à traiter les « données » appropriées au sujet traité. Ces modèles et ces données dépendent évidemment de l’intentionnalité initiale. La valeur des prévisions dépend de leur pertinence et de leur qualité. Face à la complexité, on ne peut toutefois espérer que resserrer l’incertitude, à travers une réduction phénoménologique dans laquelle l’intuition du prévisionniste joue un rôle essentiel.

C’est dire que la prévision est autant un art qu’une science, dont la pratique suppose une combinaison harmonieuse de savoirs et d’expérience. L’ouvrage dont Paul Dahan a pris l’heureuse initiative rassemble, sous des signatures prestigieuses, des textes qui éclairent divers aspects d’un sujet au cœur de l’activité humaine et par nature inépuisable.